Dossier de veille sur le tourisme nordique

Veille nordique

Résultats et performances

Le prix moyen des hôtels en Islande a doublé depuis 2010

Le prix des hébergements touristique en Islande était 26 % plus élevé durant la première moitié de 2016 que lors de la même période l'année dernière. En six ans, ce prix a doublé.

Les visiteurs étrangers ont dépensé 35.8 milliards de couronnes islandaises (approximativement 390 millions de dollars canadiens) avec leurs cartes de crédit durant les six premiers mois de cette année.

Selon les données de la banque Landsbankinn, l'hébergement compte pour 19 % des dépenses d'un visiteur étranger lors de son séjour en Islande.

Source : Iceland Monitor

Hausse du nombre de visiteurs au Nunavut

Selon le rapport annuel 2015 de Tourisme Nunavut 16 750 visiteurs non résidents se sont rendus au Nunavut au cours de l'année. Ce nombre est en augmentation par rapport à 2011.

Cette croissance s'explique principalement par l'augmentation du nombre de passagers de croisières.

Les touristes ont dépensé 37,88 millions de dollars en 2015 (ce montant exclut les dépenses liées aux transports pour arriver sur le territoire).

Le tableau ci-contre fait part des détails des quatre segments cibles de Tourisme Nunavut.

Segment de visiteurs* Nombre total de visiteurs Pourcentage du marché total Dépenses moyennes au Nunavut** Pourcentage des dépenses totales Croissance depuis 2011
*La catégorie « autre » qui représente 1 % des visiteurs ne figure pas dans le tableau
** Les frais aériens et de croisière sont exclus des dépenses
Voyageurs d'affaires 11 550 69 % 2 533 $ 77 % Pas de changement
Voyageurs en croisière 2 750 16 % 692 $ 5 % + 46 %
Voyageurs terrestres 1 130 7 % 2 596 $ 8 % Pas de changement
Visiteurs de parents et d'amis 1 155 7 % 2 542 $ 8 % Pas de changement

Source : Tourisme Nunavut

Tourisme comme moteur de croissance : le cas de l'Islande

Le portail d'informations sur l'industrie touristique Skift se penche sur les changements engendrés dans les destinations touristiques lorsque la démocratisation globale des voyages coïncide avec la volonté de faire du tourisme un moteur de croissance pour la région.

Pour ce faire, Skift étudie le cas de l'Islande qui connaît depuis la crise économique et financière de 2008 une croissance touristique sans précédent. L'enquête, basée sur des entretiens avec des dirigeants de l'industrie du tourisme islandais, explore plusieurs enjeux auxquels le pays est actuellement confronté.

Parmi les sujets traités, on cite les problèmes liés à l'offre d'hébergement et à la course effrénée aux logements Airbnb, au manque de considération de la part des touristes quant à la fragilité de la nature, aux premiers signes de ras-le-bol de la population locale envers les touristes et au manque de professionnels du tourisme formés dans le pays.

Source : Skift

Le fardeau de la croissance touristique islandaise

Depuis plus de dix ans, l'Islande connaît une croissance touristique soutenue, principalement due à l'engouement des voyageurs pour les paysages uniques de l'île.

En 2015, l'Islande a accueilli 1,3 million de touristes. Cette année, les prévisions de Isavia ont été revues à la hausse : les estimations sont passées de 1,5 à 1,7 million de touristes, soit un peu plus de cinq fois la population locale.

Afin de faire face à cette croissance rapide, l'industrie se développe : le nombre d'emplois dans le secteur touristique est passé de 19 000 en 2013 à 21 600 en 2014. Depuis 2010, près de 60 % des nouveaux emplois créés au pays le sont dans l'industrie du tourisme.

Si l'offre d'hébergement touristique continue de s'accroître, de nouveaux investissements pour les autres infrastructures devront suivre (aéroport, routes, etc.). Selon le professeur d'économie Ásgeir Jónsson, l'Islande n'a pas intérêt à pousser le développement touristique trop loin puisqu'il pourrait mettre en péril l'attraction même de la destination, soit son caractère éloigné et ses paysages intacts.

Une étude de l'Office du Tourisme montre que 75 % de la population perçoit la croissance touristique comme ayant des effets négatifs sur la nature et 52 % considère le tourisme comme une menace pour la culture locale.

Source : Tourism Review

À noter que dans le cadre de cette veille, les plus récentes informations datent d’octobre 2016.