Veille touristique sur le Saint-Laurent - Juillet 2019

Veille Saint-Laurent

Gestion et stratégies

La pollution de l’air causée par l’industrie des croisières

Une récente étude de l’ONG européenne Transport & Environment a révélé des constats préoccupants par rapport aux répercussions environnementales des navires de croisière.

L’organisation a analysé les émissions d’oxydes de soufre (SOx) et d’oxydes d’azote (NOx) de quelque 200 bateaux qui circulent dans les eaux européennes. Les résultats montrent que les navires de Carnival génèrent dix fois plus d’oxydes de soufre que l’ensemble des voitures en Europe (100 millions de véhicules).

Les deux pays les plus touchés par la pollution de l’air créée par l’industrie des croisières sont l’Espagne et l’Italie. Par conséquent, les ports de Barcelone, de Palma de Majorque et de Venise sont ceux où les émissions polluantes sont les plus élevées.

Graphique montrant la pollution plus importante des véhicules de croisade marins
Image : Transport & Environment

Les administrations portuaires portent de plus en plus attention aux répercussions environnementales des navires (croisières et cargos). Certaines d’entre elles ont des objectifs ambitieux. C’est le cas d’Oslo, qui souhaite réduire de 85 % ses émissions actuelles d’ici 2030, et qui, à plus long terme, vise à devenir le premier port à émission zéro.

De ce côté-ci de l’Atlantique, les autorités de Vancouver encouragent les entreprises à réduire la pollution sonore et les émissions de gaz à effet de serre de leur navire en offrant une réduction des droits portuaires en fonction de certains critères. Il s’agit là d’une solution gagnant-gagnant qui permet à tous d’aller de l’avant dans l’atteinte des cibles environnementales du port.

Sources : Transport & Environment, World Maritime News, Port de Vancouver

Produits et activités

L’observation des mammifères marins perturbée par les changements climatiques

L’observation des mammifères marins est une activité populaire dans de nombreuses régions côtières. Toutefois, les changements climatiques pourraient apporter des perturbations dans les comportements de la faune aquatique.

Les baleines, par exemple, sont très sensibles à leur habitat et recherchent une eau ni trop chaude ni trop froide. Ces besoins particuliers sont à l’origine d’une diminution du nombre de baleines dans le golfe du Maine, selon certains exploitants de croisières d’observation.

Sur la côte ouest américaine, l’augmentation fulgurante du nombre de décès de baleines a poussé le gouvernement fédéral à intervenir de façon urgente en accordant des fonds de recherche supplémentaires. La modification de la chaîne alimentaire due au réchauffement des eaux pourrait être l’une des causes expliquant la mort des bêtes.

Des solutions semblent porter leurs fruits dans certaines régions. À New York, l’amélioration des politiques environnementales dans les dernières années semble liée à une augmentation du nombre de baleines observées dans le secteur.

Les exploitants de croisières d’observation et les plaisanciers jouent également un rôle dans la préservation des milieux marins. Plusieurs éléments peuvent atténuer les conséquences de leurs activités sur la faune marine, comme :

Baleine sautant de l'eau
Image : Pixabay (Pexels)

Sources : Island Institute, Phys.org, Lonely Planet, KUNC

Tendances

Les croisières fluviales en vogue

En Amérique du Nord, les croisières fluviales restent méconnues. Aux États-Unis, dans les dernières décennies, ce secteur d’activité était peu organisé et ne comptait que quelques acteurs. Or, cette situation pourrait se renverser dans les prochaines années avec l’arrivée potentielle de nouveaux compétiteurs tels que Viking Cruises.

En réponse à cela, les entreprises existantes travaillent à l’amélioration de l’offre et de nouveaux navires devraient faire leur apparition. Ces derniers, plus luxueux, offriraient une plus grande variété de services et d’animations à bord.

L’Europe, quant à elle, est la destination numéro un pour les croisières fluviales, qui représentent un produit phare dans certaines régions. Un sondage récent auprès d’agents de voyages révèle que 53 % d’entre eux ont observé une croissance du nombre de réservations sur le Danube, le Rhin, la Moselle et l’Elbe. Devant cette croissance, certains ports ne suffisent plus à la demande et de nouveaux itinéraires sont offerts sur des voies navigables moins fréquentées comme le Douro, la Loire, le Mékong et le Nil.

Ce type de croisière est très apprécié de la clientèle plus âgée. Toutefois, de plus en plus de familles et de voyageurs solos commencent à s’y intéresser. Il y a donc là une occasion à saisir pour les entreprises du secteur.

Bâteau de croisière
Image : Pixabay (Pexels)

Sources : Travel Weekly (U reveals The B’s 2020 itineraries et Riviera inscreases solo sailings for 2019), Cybercruises.com, AFAR, The Telegraph, « Going with the flow » (Tappin, Ming, PAX Magazine, avril 2019, p. 31)